Posté dans À LA UNE En vedette

Consulter un allergologue : pourquoi ?

Consulter un allergologue : pourquoi ? Publié le 28 novembre 2018Laissez un commentaire

Il faut consulter un allergologue dès qu’une maladie allergique devient durable. Laisser une maladie allergique évoluer, c’est entrer dans la marche allergique et ce n’est pas une bonne idée.

Un médecin allergologue, c’est quoi ?

Depuis 2017, l’allergologie est une spécialité médicale universitaire officielle en France (arrêté du 25 avril 2017) . Peu à peu le monde de l’allergologie se modifie, s’adapte. Le médecin n’est plus “organe-allergologue”, il est “allergologue” : cela signifie qu’un allergologue doit aujourd’hui être capable de soigner un allergique de manière globale, quel que soit l’organe touché : la peau, les yeux, le nez, les bronches, le tube digestif ou tout cela à la fois.

Les prix ? Le statut de spécialiste ne change pas les tarifs des allergologues puisque ce sont toujours les mêmes gestes techniques qui sont faits. Seule la consultation isolée change de “lettre clé” (CS au lieu de G) mais pas de prix non plus c’est à dire 30 € en secteur 1.

Attention : il ne remplace nullement un dermatologue, un ophtalmologue, un médecin O.R.L., un pneumologue, un gastro-entérologue ou un pédiatre pas plus qu’un médecin généraliste. Non, tous ces médecins ont leur propre domaine de compétence et sont souvent loins d’être ignares en allergologie voire même sont parfois très compétents dans les allergies touchant leur spécialité d’organe.

Consulter un allergologue d’accord, mais quand ?

Le médecin allergologue connaît votre maladie, les multiples formes qu’elle peut prendre selon les âges en fonction de la fameuse marche allergique.

Au commencement est l’eczéma

Le nourrisson présente sa première allergie avec les protéines du lait de vache vers 3 mois. Il l’exprime par un eczéma, des troubles digestifs (colite, reflux oesophagien ou RGO etc…) et parfois une cassure de sa courbe de croissance. Vers 6 mois, c’est souvent l’allergie à l’oeuf qui s’installe : eczéma, bronchites sifflantes, urticaires et oedèmes sont au rendez-vous. Entre 9 mois et un an, c’est l’âge des légumineuses (arachide, Soja etc…) et des fruits à coque (noisette, noix de cajou etc…) et leurs œdèmes, urticaires, asthme aigus et anaphylaxies sévères.  C’est aussi l’âge des PAI, projet d’accueil individualisés.

Puis viennent les allergies aériennes

Ces allergies alimentaires inflamment l’allergique en faveur de l’apparition de nouvelles allergies : le contact des allergènes aériens de pollens, acariens, poils d’animaux, moisissures sur une peau et une muqueuse déjà enflammée se traduit par l’apparition des allergies aux aéroallergènes qui vont prendre la suite dans la vie de l’allergique : rhinite, angines “blanches”, rhino-pharyngite, sinusites, asthme, conjonctivite, eczéma des plis et des zones aériennes (exposées aux allergènes en suspension dans l’air).

Et voici l’âge des allergies croisées

Puis vient l’âge adulte, avec des allergies qui “traînent” plus ou moins traitées, plus ou moins connues, elles sont aggravatives dans leur intensité (asthme, réactions violentes) mais aussi dans leur extension vers des allergies croisées car l’organisme croit alors reconnaître dans d’autres substances naturelles les molécules qu’il aborrhe dans ses allergènes habituels. C’est ainsi que l’allergique aux acariens se découvre réactif à certaines crevettes, moules, huitres ou que l’allergique au pollen de bouleau se plaint de ne plus pouvoir manger de fruits sans une sensation de gonflement des lèvres ou de la gorge. Chaque allergie à son lot de réactions croisées possible.

L’allergologue s’inscrit dans cette connaissance de votre maladie. il sait quoi chercher, quand le chercher et comment vous guider pour vous améliorer et parfois vous guérir.

Mais alors à quel âge peut-on faire des tests ? Chez les bébés aussi ?

Bien sûr : il n’y a pas d’âge pour faire un bilan allergologique ni des tests d’allergie puisque l’allergie elle-même n’a pas d’âge. L’allergologue cherchera simplement des causes différentes selon les âges et les lieux de réaction.

Ne vous posez plus de questions : vous souffrez d’une maladie allergique, vous n’en voyez pas le bout ? Allez vous faire prendre en charge par un médecin allergologue, il peut vraiment quelque chose pour vous. Vous trouverez un annuaire des médecins allergologues qualifiés sur le site du Syfal, leur syndicat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.