Posted in À LA UNE En vedette

Textiles hypoallergéniques, comment s’habiller de douceur ?

Journaliste et écrivain culinaire, je suis spécialisée en alimentation et santé avec un goût de forcenée pour la joie, quoiqu'il en soit. L'allergie est une longue histoire dans ma vie, une planète sur laquelle j'écris, sur laquelle je vis, depuis 14 ans maintenant.
Textiles hypoallergéniques, comment s’habiller de douceur ? Posted on 14 février 20192 Comments
Journaliste et écrivain culinaire, je suis spécialisée en alimentation et santé avec un goût de forcenée pour la joie, quoiqu'il en soit. L'allergie est une longue histoire dans ma vie, une planète sur laquelle j'écris, sur laquelle je vis, depuis 14 ans maintenant.

La dermatite atopique impacte sérieusement la qualité de vie des allergiques. Bien qu’il y ait peu d’études, certains textiles technologiques peuvent améliorer le quotidien des personnes souffrant d’eczéma.

Sources : GERDA 2008, HAS, Inist

 Ce qui rend la dermatite atopique difficile à vivre est, outre la source de l’allergie qu’il faut identifier et éviter, la gestion d’une peau qui fait mal, au contact des textiles.

D’abord restaurer la barrière cutanée

La personne atteinte d’eczéma allergique dispose de toute une batterie de topiques pour calmer les poussées : des crèmes corticoïdes pour réduire l’inflammation, des crèmes émollientes pour restaurer la barrière dermique, des crèmes antifongiques contre les champignons et des crèmes antibiotiques contre les bactéries (souvent des staphylocoques).

 Des crèmes, des crèmes, encore des crèmes dont il faut se tartiner, quitte à se focaliser sur son mal, ce mal qui érode la peau autant que l’âme. 

Des textiles techniques existent pour empêcher la croissance des microbes et créer des conditions favorables à la guérison de la peau. On les appelle des “textiles thérapeutiques” pour souligner leurs vertus, au minimum barrière, au mieux apaisantes.

La soie, un textile thérapeutique ancien

La soie est une matière naturelle qui, une fois débarrassée de la séricine, ne contient plus de substances irritantes. DermaSilk® est une gamme de sous-vêtements (T-shirts, slips, chaussettes, caleçons, pyjamas), de gants, des cagoules, etc. qui exploite ce textile en y ajoutant un antibactérien dans les fibres, correctement encapsulé, qui ne relargue pas sur la peau.

Cette gamme de vêtements s’adresse aux bébés, enfants et adultes atteints de dermatite atopique mais aussi aux sportifs. La société qui commercialise DermaSilk® propose également des chaussons barrières contre l’allergie de contact au cuir des chaussures (et donc au chrome).  Un body enfant coûte 70 €, un T-shirt manche longue adulte 120 €. Un investissement dont il faudra discuter avec son dermatologue.

L’assurance maladie aux Pays-Bas et au Royaume-Uni remboursent les sous-vêtements DermaSilk®. Mais en France, la Haute Autorité de Santé a recalé les laboratoires Fritsch Médical, estimant que le service rendu n’était pas suffisament prouvé. Néanmoins, il devrait être possible de se voir rembourser certains sous-vêtement par sa mutuelle en France sur prescription médicale. La gamme de DermaSilk® avait été présentée au GERDA (congrès européen de dermato-allergologie) en 2008. Elle a alors suscité un vif intérêt. Au delà de l’efficacité réelle ou mal démontrée du produit, DermaSilk® a permis de souligner l’intérêt de protéger le corps abimé par des vêtement couvrants, de jour comme de nuit. Ceci afin de limiter l’entrée des allergènes (acariens, pollens) sur une peau passoire et d’entretenir l’inflammation.

Cousus de fils d’argent

Françoise Raverdy s’est intéressée aux peaux eczémateuses. Forte de son expérience en tissage dans la région des Hauts de France, elle a développé des sous-vêtements de la marque Dooderm pour les enfants à partir de 2 ans et les adultes. Ce textile contient des fibres d’argent et l’argent métallique est un antibactérien. La gamme est sans teinture ni élasthane. Outre les sous-vêtements (compter 120 € le pyjama enfant, 150 € le pyjama adulte), Dooderm propose aussi du linge de lit (250 € la parure complète). On trouve dans cette gamme des manchons et des gants pour limiter les affres du grattage et beaucoup de conseils sur le site pour vivre avec sa dermatite, les poussées, les remissions, le regard des autres etc.

Les fils d’argent ne sont pas toxiques au contact d’une peau endommagée, contrairement à d’autres traitements anti-bactériens. Il est important de se méfier des textiles tech destinés aux sportifs ! Ils sont élaborés pour une peau saine et non altérée.

Et la microbiote dans tout ça ?

La microbiote est l’ensemble des bactéries, bonnes ou mauvaises qui vivent sur notre peau. Un textile antibactérien élimine sans distinction les bactéries. Aussi, les sous-vêtements comportant des fils d’argent doivent être portés essentiellement pendant les poussées. Lorsque la barrière cutanée redevient solide après les soins, il faut porter des vêtements couvrants sans ajout d’aucune sorte. Des vêtements doux simplement !


Pour les bébés atopiques

Rosemarie Julie Blum est la maman d’une petite fille souffrant de dermatite atopique. Elle a conçu une gamme de pyjamas avec moufles intégrées et cagoule sous la marque Maluna. Cette astuce limite le grattage des tout-petits. Coutures aplaties, textile coton Oeko-tex®, l’innovation est dans la coupe ingénieuse du vêtement. L’enfant ne peut plus se gratter pendant son sommeil. Cela permet de passer le cap des poussées. Entre 35 et 50 € pour équiper son bébé.

Nous avons déniché un concepteur anglais qui cartonne tant ses mouffles anti-grattage sont simples, confortables et ingénieuses. Les pyjamas et moufles antigrattage Scratchsleeves sont faits pour votre bébé. Le plus intéressant pour les enfants grandissant et toujours atteints d’eczéma sont les “moufles antigrattage” : une petite brassière à manchons qui s’enfile par dessus ou par dessous les vêtements habituels. C’est joli, multicolore ou sobre, en coton et soie et ce n’est pas cher ! 10 € la brassière et du choix dans les couleurs, une livraison impeccable et le site est traduit en français pour les rebelles à la langue de Shakespeare.

De la laine et du bambou

Icebreaker® est une marque connue des aventuriers. Sa gamme Cool-Lite allie le Tencel (cellulose de bambou) et la laine mérinos traitée et débarrassée de la lanoline. Hyper respirant, Cool-Lite limite la prolifération bactérienne et offre une douceur incomparable sur la peau. En choisissant les teintes pâles, on limite le risque de réaction aux pigments colorants, les coutures sont aplaties, les bords arrondis, la coupe ajustée pour ne pas faire de plis sur la peau. Tout est pensé pour le confort. C’est malheureusement une gamme très chère (compter 75 € le tee-shirt…) La gamme de vêtements pour adultes suit les tendances de la mode. On trouve cette marque en magasins spécialisés en sports de pleine nature et même sur des marketplaces.


Photographie : Magdalena Kula Manchee/Unsplash

Journaliste et écrivain culinaire, je suis spécialisée en alimentation et santé avec un goût de forcenée pour la joie, quoiqu'il en soit. L'allergie est une longue histoire dans ma vie, une planète sur laquelle j'écris, sur laquelle je vis, depuis 14 ans maintenant.

2 comments

  1. J’ai testé icebreaker, je n’ai jamais eu d’allergie aussi prononcée qu’à la laine de mérinos. Je dois porter leurs vêtement par dessus du coton :/

    1. Bonjour
      je viens de rencontrer un cas comme le votre, les caleçons icebreaker lui donne des rougeurs importantes et qui démangent. Etrangement il supporte les vêtements sur le torse, peut -être parce qu’ils sont moins collant ? merci de votre partage d’expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.